LA PROTECTION OCULAIRE

La lumière solaire

Les dommages causés par les rayons ultraviolets (UV) sont invisibles. Ils n’ont pas qu’un effet sur la peau et peuvent causer de graves dommages aux yeux. Il en résulte inconfort, irritation, rougeur et larmoiement, pouvant entraîner une vision floue, une perte de vision temporaire et même, dans certains cas, mener à la cécité.
Depuis plusieurs années, certainement à cause des effets supposés des courtes longueurs d’onde sur la rétine de la personne âgée, est évoquée à nouveau la vulnérabilité des yeux des jeunes enfants. La grande perméabilité des milieux oculaires (cristallin), le diamètre pupillaire supérieur à celui de l’adulte et la faiblesse des pigments absorbeurs de photons contenus dans les tissus du fond d’œil rendent totale la pénétration des UVA et des UVB dans les yeux des bébés et des jeunes enfants.
Avant 1 an, 90 % des UVA et 60 % des UVB parviennent à la rétine et on estime que 50 % de l’exposition totale aux rayons UV se produit avant l’âge de 18 ans. Les effets des rayons UV sont cumulatifs et irréversibles. 
La filtration de ces longueurs d’ondes nocives est assurée, non par la teinte du verre, mais par le matériau qui le compose. Ainsi, les verres blancs organiques basiques arrêtent 100 % de ces radiations. Si l’enfant est photophobe (sensible à la lumière), l’usage de lunettes de soleil est prescrit par l’ophtalmologiste. À moins d’un impératif médical, il faut éviter de surprotéger l’enfant, car cela empêche ses défenses naturelles de se mettre en place. Le port d’une casquette ou d’une visière est le premier rempart aux agressions de la lumière à l’extérieur.


La sécurité

Plus du tiers des blessures oculaires touchent les moins de 17 ans. Même si un accident peut survenir en d’autres lieux et à d’autres moments, les enfants se blessent principalement à la maison durant les vacances estivales. Les jeux avec des épées et des bâtons, mais aussi les sports avec des balles ou ballons sont souvent en cause. Les produits chimiques sont également un danger bien présent dans l’environnement des enfants.

Près de trois blessés sur quatre sont des garçons. Les enfants âgés de 5 à 9 ans sont les plus souvent blessés. La vigilance et la supervision des parents sont de mise en tout temps pour prévenir les accidents.

Manger/Bouger

Si une bonne alimentation est essentielle pour notre santé et notre bien-être, l’équilibre alimentaire permet aussi de bien voir. En effet, prendre soin de sa vue, cela passe aussi par l’assiette ! Notre alimentation a une influence directe sur notre santé visuelle et certains aliments préservent même notre acuité visuelle tout en prévenant des troubles oculaires.
-La Vitamine A pour voir la nuit
-les vitamines C et E, des alliées pour la vue
-Les Oméga-3 efficaces contre la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age)
Même si elle n’a pas une incidence directe sur la vision, l’activité physique est primordiale dans une bonne hygiène de vie, en particulier chez l’enfant.
-Les bébés de moins de 1 an doivent être actifs physiquement plusieurs fois par jour de différentes façons. S’ils ne se déplacent pas encore, ils doivent être mis sur le ventre lorsqu’ils sont éveillés, et ce, pendant au moins 30 minutes réparties dans la journée.
-De 1 à 2 ans, les tout-petits doivent être actifs, en partie avec des jeux énergiques, au moins 2 h par jour.
-Les enfants âgés de 3 et 4 ans doivent pour leur part bouger au moins 2 h, avec au moins 1h de jeux énergiques.
-Après 5 ans, les enfants doivent faire au moins 1 heure d’activité physique d’intensité moyenne par jour et faire plusieurs heures de différentes activités physiques de faible intensité. Ils doivent aussi s’adonner au moins trois fois par semaine à des activités physiques de forte intensité et à des activités qui renforcent les muscles et les os.
Paragraphe

Les écrans et la fatigue oculaire

L’exposition prolongée aux écrans peut entraîner une fatigue visuelle, mais au-delà de ça, une surexposition peut être néfaste pour le jeune enfant sur plusieurs points.
Ainsi il est préconisé :
Avant 2 ans
Les tout-petits de moins de 2 ans ne doivent pas être exposés à la télévision ou à tout-autre écran.

De 2 à 5 ans
Les enfants de cet âge ne doivent pas passer plus de 1 heure par jour devant un écran, tous appareils confondus.



Chez les enfants, une trop grande exposition aux écrans en bas âge serait ainsi associée à :
-   une moins bonne motricité à l’entrée à l’école parce qu’ils n’ont pas assez couru, sauté, lancé, dessiné ou découpé;
-   de faibles habiletés sociales en raison d’un manque d’interactions;
-   des capacités cognitives moins élevées, particulièrement en ce qui concerne la mémoire à court terme, le développement du langage et l’apprentissage de la lecture et des mathématiques;
-   un mauvais contrôle des émotions et des comportements (agressivité, difficulté à se calmer seul et passivité);
-   des difficultés d’attention;
-   des problèmes de sommeil ( idéalement pas d’écran une heure avant le coucher)
-   une mauvaise estime de soi;
-     des problèmes de santé (surplus de poids, obésité, fatigue, maux de tête, myopie, problèmes de posture, mauvaise alimentation, hypertension, diabète de type 2, problèmes cardiovasculaires à long terme, etc)

Les écrans peuvent être une source riche d’éveil lorsqu’ils sont utilisés avec parcimonie et en fonction de l’âge..